Accueil Marketing Comment décrocher de juteux contrats avec un plan marketing béton (fichier de suivi offert)

Comment décrocher de juteux contrats avec un plan marketing béton (fichier de suivi offert)

par Maéva
nouveaux clients marketing traducteurs

Il y a quelques années, Master en poche, vous avez décidé de vous lancer dans une carrière de traducteur. Aujourd’hui, vous voilà en classe « confort ».

Vous recevez vos contrats chaque semaine, vous les livrez toujours à la bonne heure. Chaque mois, vous recevez un beau billet. Vous appréciez de préparer chaque matin votre café, d’allumer votre ordinateur, et de travailler sur vos projets dans le calme et la sérénité. L’enfer, c’est les autres, comme disait l’autre.

Mais derrière la carte postale, votre quotidien vous lasse. Votre profession vous a plongé dans un huis clos. Vous avez la certitude que vous stagnez. Comme vous traduisez toujours la même chose, votre cerveau ramollit.

Vous comprenez parfaitement en quoi l’Homme est condamné à être libre.

Vous n’êtes plus la jeunette ni le jeunot de service de vos premières années de freelance.

Non. Aujourd’hui, vous avez sans doute des désirs d’investissement plus conséquents, et vous méritez une compensation financière juste.

Seulement, vous ne prenez jamais le temps de prospecter. Vous avez peur de vous lancer.

Peur de vous confronter à un mur.

Vous vous dites que si vous tentez votre chance, personne ne vous répondra. Donc à quoi bon ?

Vous avez peur de perdre votre temps : vous gagnerez toujours plus d’argent à traduire, plutôt qu’à prospecter dans le vent.

Malheureusement, vous avez tort. Et vous le savez. Si vous voulez progresser dans la vie, vous devez sortir de votre zone de confort. Et ça, ça fait peur. Toujours.

Sortir du moule.

Peu de gens osent franchir le pas. Déjà que vous vous sentez comme un extraterrestre lorsque vous êtes convié aux dîners de famille…

Mais une chose est sûre : vous en avez assez de caresser le rêve du CA à + 50 000 euros. Alors, il ne vous reste plus qu’une seule chose à faire : suivre ces conseils pour transformer ce désir en réalité.

Pourquoi peu de traducteurs arrivent à décrocher des contrats béton ?

Nous sommes beaucoup à vouloir gagner plus sans pour autant travailler plus.

Mais combien arrivent-ils vraiment à atteindre cet objectif ?

Peu de personnes. Croyez-moi, vraiment, peu de monde.

Et si vous discutez avec des collègues qui prétendent le contraire, méfiez-vous.

L’autre jour, par exemple.

Je me suis rendu à un dîner au restaurant entre traducteurs. L’objectif de cette rencontre était de créer du lien entre les traducteurs de la ville, et bien sûr de passer un bon moment ensemble. En échangeant avec l’un des convives, nous nous apercevons rapidement que nous avons une collègue en commun. Cette collègue, je ne la connaissais que par échange de mails. Lui était plus intime, car il avait fait ses études de traduction avec elle.

Il me racontait que cette traductrice se plaignait de sa situation : peu de contrats, prix dérisoires. En gros, elle « galérait ».

Je suis tombée des nues.

La version qu’elle m’avait sortie était beaucoup plus élogieuse : cette traductrice travaillait beaucoup avec les cabinets d’affaires, et ses contrats étaient miraculeux.

En fait, elle m’avait raconté n’importe quoi.

Preuve encore une fois qu’il ne faut pas forcément croire tout ce qu’on vous dit.

Maintenant que nous avons posé le décor, passons aux choses sérieuses. Dans cet article, vous allez suivre une stratégie clé en main pour dénicher de nouveaux clients plus rémunérateurs dans un délai précis.

Prêt à entamer votre chrysalide de traducteur à succès ? Lisez ce guide ultime en sept étapes pour bâtir un plan marketing en béton armé et commencez votre nouvelle vie.

1) Créez un objectif SMART pour votre activité de traducteur

Qu’est-ce qu’un objectif SMART ?

Vous en avez sans doute déjà entendu parler, SMART est un acronyme :

  • Spécifique : une action, un objectif
  • Mesurable : un objectif que vous pouvez suivre à l’aide d’un indicateur de résultats
  • Atteignable : des étapes précises à franchir
  • Réaliste : des moyens à définir : durée, ressources, finances, matériel…
  • Temporel : un objectif, une date butoir à respecter.

Voici un exemple d’objectif SMART :

Je souhaite trouver mes deux premiers clients directs d’ici la fin de l’année, afin d’être mieux payé dans mon travail de traducteur (objectif + 30% de chiffre d’affaires). Pour cela, je prévois de consacrer une demi-heure par jour à la prospection par e-mail.

C’est à vous de jouer maintenant. Si ce n’est pas encore fait, écrivez en une phrase votre objectif SMART, en indiquant de manière précise la nature de votre objectif, le délai pour y parvenir, les indicateurs de réussite, et les moyens que vous allez mettre en oeuvre.

Maintenant que la base de la stratégie est posée, vous allez définir quelle est votre niche. Et nous allons voir pourquoi une niche va mettre en péril votre activité, ou au contraire provoquer le sursaut.

2) Trouvez votre niche

En traduction, le domaine de spécialisation est sooooo 2010. Ce qui cartonne, en 2019, c’est de trouver sa niche de spécialisation.

Quelle différence entre les deux ? Minute papillon.

Le domaine de spécialisation est plus général que la niche. Par exemple, si le tourisme est un domaine de spécialisation, la niche pourrait être « les articles de blog consacrés au tourisme ». Si la puériculture est un domaine de spécialisation, la niche pourrait être les « moyens de portage ».

Vous avez flairé la nuance.

(Si vous vous ennuyez des fois, n’hésitez pas à jouer à ce petit jeu domaine de spécialisation/niche.) 😊

Ce n’est pas obligatoire, certes, mais trouver votre niche va vous faciliter la tâche à long terme. Pourquoi ?

Parce que si vous traduisez dans une niche, vous allez trouver plus facilement vos clients : par exemple, si vous décidez de vous spécialiser dans les logiciels SaaS, vous allez tout de suite savoir :

  • Comment vous former dans le domaine
  • Localiser où se trouvent les clients potentiels à contacter
  • Participer à des événements en présentiel (niveau warrior+++ du traducteur indépendant)

Imaginez si vous refusez de travailler dans une niche, comment vous démarquer des autres ?

Mettez-vous dans la peau d’un recruteur.

Face à vous, deux candidats :

Le premier, un traducteur, cinq ans d’expérience, qui traduit du juridique, de l’informatique et du commercial.

Le second, un traducteur, cinq ans d’expérience, spécialisé dans l’intelligence artificielle.

A vue de nez, lequel vous semble-t-il le plus crédible ? Il n’y a pas photo.

Des milliers de traducteurs toquent chaque jour aux portes des agences de traduction, des centaines d’entre eux poussent les portes de l’entrepreneuriat. Vous ne sortirez jamais du lot en tant que généraliste ou traducteur « informatique ». C’est la base pour trouver des contrats rémunérateurs.

Maintenant, comment faire pour trouver votre niche ?

La niche doit être un mélange entre vos compétences, vos passions et des opportunités commerciales intéressantes.

Si vous vous nichez dans les petites voitures pour enfants, car vous êtes collectionneur depuis que vous êtes tout petit, c’est cool, mais est-ce que vous pensez qu’il y aura beaucoup de demande ?

A l’inverse, si vous vous nichez dans les « séries US », c’est cool, mais avez-vous le bagage technique pour fournir du sous-titrage ?

Enfin, si vous décidez de vous nicher dans les contrats immobiliers, êtes-vous certain que ce domaine soit assez intéressant et épanouissant pour vous à long terme ?

Dressez une liste de plusieurs niches potentielles, puis allez faire un tour sur les réseaux sociaux, les sites Internet et les commerces près de chez vous. Prenez le pouls. Établissez aussi la liste de vos clients rêvés, et faites un bilan.

Attention néanmoins : ne passez pas cent sept ans avant de vous décider. Vous avez bien une petite idée en tête dès le départ, et comme on dit, la première intuition est toujours la meilleure.

Enfin, commencez à parfaire vos compétences dans votre niche. Pour cela, vous pouvez lire un article par semaine spécialisé dans le domaine, et trouver un blog spécialisé sur lequel écrire des commentaires avec votre site dans l’URL de votre nom. Petit à petit, vous vous ferez connaître naturellement sans trop forcer la main.

Passons à présent à l’étape 3 de cette épopée, dans laquelle nous allons définir trois actions concrètes à réaliser dès maintenant.

3) Définissez 3 actions concrètes à réaliser cette semaine

Connaissez-vous les trois lois de Newton sur le mouvement ?

Le beau Newton

Petit rappel culture : Isaac Newton est un astronome, philosophe, mathématicien, physicien britannique né en 1642 et mort en 1727. Il est surtout reconnu pour avoir fondé la mécanique classique et découvert la gravité.

Parmi les trois lois sur le mouvement dont il est l’inventeur, Newton a décrit ce qu’était l’inertie : à savoir, un corps qui se déplace conserve sa vitesse et perdure dans un mouvement rectiligne uniforme.

En d’autres termes, si vous commencez une action dès aujourd’hui, vous avez de fortes chances de continuer sur votre lancée demain. Le plus dur, c’est de s’y mettre ! Après, tout coule de source.

En marketing, vous allez donc vous mettre à l’action afin de multiplier vos chances d’obtenir de nouveaux contrats juteux (c’est la raison du pourquoi nous sommes réunis ici, non ?).

Donc, définissez maintenant trois actions concrètes à réaliser cette semaine. Soyez plus fort que votre propre ennemi : à savoir vous-même.

Voici des exemples (toujours pour l’objectif SMART défini dans la première partie) :

  • Créer mon site/ Le mettre à jour en fonction de ma nouvelle niche
  • Mettre à jour mon CV ou en créer un avec un logiciel comme Canva
  • Contacter mon premier client potentiel dans ma niche

Waouh ! Ce projet de devenir riche commence à être tangible. Félicitations ! Mais ce n’est pas fini : vous allez à présent cerner votre périmètre de chasse.

4) Listez les 10 endroits où trouver vos clients dans cette niche

Dressez maintenant la liste de dix clients potentiels (une piste déjà évoquée ici). Par exemple, si vous souhaitez traduire pour des fabricants de carrelage italiens, dressez une liste de carreleurs italiens à contacter. (Fastoche, non ?)

Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à vous : si le domaine dans lequel vous évoluez est plutôt graphique, allez sur Instagram. C’est le cas par exemple pour ma niche du carrelage italien. Le côté pratique d’Instagram, est que le réseau social va vous suggérer des comptes similaires à ceux auxquels vous vous abonnez. Une fois l’algorithme en vrille, vous accédez à une liste quasi illimitée de clients potentiels, ce qui vous facilite la tâche.

Si votre contenu est moins instagrammable, comme les prothèses dentaires, vous pouvez trouver vos clients au niveau local, dans un espace entreprise par exemple, une boutique de produits de ce domaine ou bien sur des sites spécialisés. Vous pouvez très bien vous rendre sur place, et demander des catalogues de fournisseurs, par exemple. Sinon, vous pouvez aussi partir à la pêche aux blogs personnalisés, et commencer à étoffer votre portefeuille de contacts.

Autre astuce dans l’ère du temps : les groupes Facebook !

Ils représentent également un énorme vivier de clients potentiels.

Aujourd’hui, toute activité professionnelle est représentée par au moins un groupe Facebook animé.

Bon.

J’espère que je ne vous ai pas perdu. Faudrait pas que cet article finisse comme le Titanic.

L’idée de cette étape est simple : trouver où votre cible se situe sur la toile, ou dans la vraie vie. Comment entrer en contact avec elle ? Par quel canal la contacter ? Par quelle voie vous faire connaître auprès d’elle ? Facebook, twitter, YouTube, Medium, blog, site, newsletter… ?

Astuce : allez-voir comment font vos concurrents traducteurs. Les autres traducteurs de la même niche ont-ils un site ? Un blog ? Un compte LinkedIn ? Comment font-ils pour développer leur présence aux yeux des prospects ? Imitez-les.

On avance.

Nous avançons tranquillement et arrivons à présent à la moitié du parcours. Maintenant, nous allons solidifier notre stratégie et définir concrètement un slogan pour nous démarquer de tous les autres traducteurs gnangnan.

5) Ficelez votre stratégie et définissez votre Unique Selling Proposition

En entrepreneuriat, il y a une chose qu’on oublie souvent : la production ne devrait représenter pas plus de 70 % de notre travail horaire.

Au départ quand j’ai commencé ma carrière de traductrice freelance, je suis tombée dans un piège horrible : pour calculer mon tarif, je calculais 8 heures par jour x 5 jours de la semaine, x nombre de semaines travaillées dans l’année.

Ce genre de calcul est une erreur, car il ne tient pas compte du temps de prospection et d’administration. En agissant ainsi, vous poussez votre petite entreprise au bord du précipice. À côté, le but de Wendie Renard contre son camp est une simple coquille dans un ouvrage de mille pages.

Récemment, j’ai participé à une formation en ligne sur le marketing donnée par Corinne McKay. L’idée était de se créer une routine marketing sur trente jours pour pouvoir l’incorporer à terme dans son quotidien de traductrice.

Parce qu’en marketing, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

C’est clair que vous n’arriverez certainement pas à dégager cinq heures par semaine pour votre marketing. Vous êtes humains et il faut arrêter de se raconter n’importe quoi.

On gère déjà beaucoup d’urgences au quotidien, donc on n’a pas forcément le temps de se concentrer pendant de longues heures sur les aspects moins urgents, mais plus importants.

Néanmoins, intégrer 20 minutes par jour de marketing à sa routine, c’est largement faisable. C’est ce que j’ai pu réaliser avec cette formation professionnelle.

Vous n’avez pas idée de ce que 20 minutes par jour peuvent représenter sur une année en matière de marketing. Vous allez prospecter plus que peut-être 90 % des autres traducteurs. Vous pourrez très certainement contacter au moins 2/3 clients potentiels par semaine, ce qui fait sur l’année 100 clients potentiels. Et comme en général, il faut 100 clients potentiels pour deux clients, la boucle est bouclée.

Définissez votre Unique Selling Proposition

Définissez à présent votre Unique Selling Proposition (USP) : c’est cette proposition, qui tient en général en quelques mots ou une phrase, qui va vous distinguer des concurrents. Cette proposition doit être vendeuse et appeler à l’action. C’est ce qui va vous permettre d’orienter votre plan et de positionner votre offre.

Les clients n’achètent pas une traduction, ils achètent des résultats, des solutions, des avantages. Un carreleur italien aurait tout intérêt à faire appel à vous s’il voulait développer son chiffre d’affaires sur le territoire francophone.

Un auteur d’ebook américain multiplierait son chiffre d’affaires s’il faisait traduire son livre auto-édité en français. Son livre pourrait alors être vendu auprès du public francophone.

Un site de vente en ligne espagnol pourrait faire appel à vous pour que le site en version française ait fière allure, qu’il ne sente pas la traduction automatique Google bâclée. Ainsi, l’acheteur hésiterait moins à dévoiler les numéros de sa carte bancaire au moment d’acheter son buffet made in China.

Pour vous démarquer, vous pouvez tabler sur plusieurs éléments :

  • votre expérience/ancienneté (traducteur avec 10 ans d’expérience)
  • vos services (relecture effectuée par un deuxième traducteur)
  • votre expertise (certifié AdWords, diplôme supérieur dans le domaine d’expertise), etc.

Vous avez pigé. Annoncer à un client que vous fournissez du travail de qualité c’est comme si vous étiez éleveur de vaches laitières et que vous prétendiez aimer vos bêtes.

Trouvez votre caractéristique unique, celle capable de convaincre le client potentiel de vous choisir vous et pas un autre.

Mettez au propre votre fichier Marketing

Dans un fichier Excel, écrivez ceci :

1ère ligne : objectif SMART

Je souhaite trouver mes deux premiers clients directs d’ici la fin de l’année, afin d’être mieux payé dans mon travail de traducteur (objectif + 30% de chiffre d’affaires). Pour cela, je prévois de consacrer une demi-heure par jour à la prospection par e-mail.

2e ligne : Trois objectifs à réaliser dès maintenant

  • Créer mon site/ Le mettre à jour en fonction de ma nouvelle niche
  • Mettre à jour mon CV ou en créer un avec un logiciel comme Canva
  • Contacter mon premier client potentiel dans ma niche

3e ligne : Quelle est ma niche ?

Les ressources marketing en ligne des carreleurs italiens

4e ligne : Unique Selling Point

Traductrice diplôme avec dix ans d’expérience, spécialisée dans la traduction italien-français de contenus marketing viraux dans le domaine du carrelage.

5e ligne : Liste des 10 clients potentiels à contacter

Carreleurs italiens d’Italie du Nord

6e ligne : Où se trouvent les clients ?

Sites Internet des carreleurs, Instagram (aimer et commenter les contenus publiés par les entreprises), LinkedIn (personnes à contacter directement), magasins de carrelage (chercher les catalogues des fournisseurs sur place pour récolter des adresses), foire-expos annuelles à proximité.

Maintenant que la stratégie est bien en place, vous allez devoir créer un calendrier et un fichier de suivi pour suivre vos prises de contact avec les différents prospects.

6) Créez votre calendrier + fichier de suivi

C’est là où tout se joue.

Déjà, si vous avez lu cet article jusqu’ici, vous êtes gonflé à bloc pour trouver de meilleurs clients, et je vous félicite pour cette audace. Bravo !

Mais maintenant, les choses sérieuses commencent. Parce qu’au fond, si vous vous arrêtez en chemin, vous n’arriverez jamais à progresser. Alors, c’est maintenant que vous devez passer à l’action.

Dans un premier temps, vous allez concrétiser les trois actions marketing que vous avez choisi d’effectuer au point numéro 3.

Ensuite, vous allez définir un calendrier et des dates butoirs. Libre à vous de fixer vos échéances, l’important est bien sûr d’avancer, même si vous y allez lentement. 20 minutes par jour, je pense que c’est une bonne chose.

Pour votre calendrier, utilisez Google Agenda ou un format papier. Et pour garder une trace de vos échanges, votre fichier Marketing au format Excel. Vous pouvez télécharger un modèle à cette adresse.

Quand vous contactez un client, remplissez la ligne en conséquence.

Ensuite, si vous contactez une agence, n’hésitez pas à la relancer chaque semaine afin d’obtenir une réponse (même négative). Écrivez toujours les dates de relance, afin de ne pas passer à côté de ces opportunités.

S’il s’agit de clients directs, soyez moins agressif dans votre marketing. Relancez une fois au bout d’un mois. Si ça ne mord pas, laissez tomber. Et passez à un autre client potentiel.

A vous de choisir quelle méthode de contact vous voulez privilégier.

7) Persévérez

Rome ne s’est pas faite en un jour. Au départ, vous allez probablement en avoir assez de ne jamais recevoir de réponses à vos sollicitations. C’est normal, il faut du temps avant d’obtenir des réponses, et vous allez apprendre la patience.

Vous devez envoyer des centaines de candidatures pour espérer obtenir de nouveaux contrats.

Mais si vous vous y prenez bien, et si vous persévérez, vous réussirez à obtenir des réponses un jour ou l’autre. Vous allez également apprendre à améliorer votre prise de contact, en lisant des blogs ou des articles spécialisés en marketing.

Vous allez aussi vous faire connaître, si vous publiez des commentaires sur les sites spécialisés, ou si vous prenez contact avec des clients potentiels sur les réseaux sociaux.

Trouver des clients est certainement l’étape la plus difficile quand on se lance, et même après. Combien de nous, au bout de cinq, dix ans d’activité, essayons de trouver des clients plus rémunérateurs ? Et d’efforts qui se soldent par des échecs ?

Le plus important, à mon sens, c’est de persévérer. Et c’est là que vous récolterez les fruits de vos efforts.

Et vous, avez-vous déjà ficelé une stratégie marketing pour trouver de nouveaux clients ? Au bout de combien de temps avez-vous obtenu vos premières réponses à vos sollicitations ? Êtes-vous parfois découragé ?

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site Web.

1 commentaire

Irène 3 décembre 2019 - 10:39

Oui je me suis découragée, mais comme dans tous les métiers il faut persévérer et savoir se renouveler. Par exemple, j’ai été hors service pendant quelques mois et après 15 ans de métier, je dois reconstruire ma clientèle, et je ne suis plus toute fraîche….

Répondre

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Accepter En savoir plus